Les snacks sont produits sous diverses formes et à partir de divers ingrédients. Les chips, les bretzels, les noix, les crackers, les légumes crus, les olives et les charcuteries sont des exemples de snacks salés. Les snacks sucrés sont généralement les biscuits, les bonbons, les barres de chocolat, les fruits séchés, les gâteaux et les glaces.

Selon les données de TradeMap, les importations de snacks en Afrique ont connu une forte croissance ces dernières années. En 2019, les importations totales de snacks en Afrique se sont élevées à 1,6 milliard de dollars américains.

Les snacks locaux produits en Afrique sont variés. Ce sont, entre autres, les chips de banane plantain, les arachides grillées, les noix de cajou, les beignets de poisson etc. Ces produits sont souvent vendus sur les marchés locaux et dans les petites boutiques de quartier, mais il y a une opportunité de les produire et de les commercialiser à une plus grande échelle.

Selon une étude menée en 2019 par Nielsen, une entreprise de mesure et d'analyse de données, les ventes de snacks en Afrique subsaharienne ont augmenté de 7,6% en 2018, avec une croissance encore plus rapide dans les pays comme le Ghana, le Nigeria, le Kenya et la Tanzanie. Les entreprises de l'industrie des snacks en Afrique sont les marques telles que Simba, Safari Snacks, Nestlé, Unilever et PepsiCo, entre autres.

Investir dans la production de snacks en Afrique, à partir de produits locaux, est un business rentable à terme.

Il y a des exemples d'entreprises de production de snacks en Afrique qui connaissent un grand succès. Par exemple, Naij Snacks, une entreprise nigériane qui produit des chips de plantain, est très connue pour la qualité de ses produits. En 2019, l'entreprise a même levé plus de 1 million de dollars auprès d'investisseurs.

Les ingrédients locaux utilisables pour la fabrication de snacks sont abondants en Afrique, ce qui donne l’opportunité aux entrepreneurs locaux de produire des snacks innovants aux goûts des populations africaines. Par exemple, l'entreprise ghanéenne Nocofio a mis sur le marché des barres énergétiques à base de noix de cajou et de fruits locaux.

Le marché des snacks locaux en Afrique devrait continuer à croître à mesure que la population augmente et que les habitudes des consommateurs évoluent. Selon une étude de marché de Euromonitor, le marché des snacks en Afrique subsaharienne devrait atteindre une valeur de 8 milliards de dollars en 2024.

De plus, la de snacks bio et naturels est en hausse dans le monde, ce qui offre l’opportunité aux entreprises africaines de proposer des snacks locaux sains, naturels et de qualité sur le marché international.

En résumé, investir dans la production de snacks en Afrique est une idée d'entreprise rentable à terme.

En plus de la vente des snacks, les promoteurs peuvent tirer profit de la vente des sous-produits tels que les épluchures et les pelures, aux éleveurs d’animaux ou aux entreprises de production d’aliments pour animaux.

Les entrepreneurs peuvent profiter d’un marché en pleine croissance, tiré par la croissance démographique et l’urbanisation. L’évolution des habitudes de consommation est également un facteur de croissance du marché des snacks en Afrique. Par exemple, de plus en plus, lors des réceptions (mariages, fêtes, séminaires etc.) les services traiteurs fournissent toujours des snacks en accompagnement des repas.

En ce qui concerne les coûts, les promoteurs devront mener une étude de marché pour identifier les snacks les plus consommés dans leur région et investir en fonction de de la taille de l’entreprise qu’ils souhaitent mettre en place.

Les entrepreneurs devront cependant prendre patience, le temps construire une marque solide et vendable autour de leurs produits. Tout compte fait la production de snacks en Afrique est un marché d’avenir, avec la possibilité pour les entreprises de se positionner facilement et profiter de cette croissance.